Solution adaptée, solution adoptée !

Portrait de jm fonteyne
Image: 
Solution adaptée, solution adoptée

Les décisions en matière de processus RH sont souvent indolores dans l’instant mais les disfonctionnements, les incompréhensions, les insatisfactions et les frustrations qui peuvent découler de décisions inadaptées ou d’absence de décision sont lourdement dommageables à l’organisation.

De l’objectif et des contraintes

Est-il plus efficace de dépenser 100 pour obtenir un retour de 200 ou de dépenser 2 pour obtenir 1 ? Tous les financiers du monde vous répondront comme un seul homme que la 1ère hypothèse est la plus performante.
Pourtant, si je souhaite satisfaire ma soif, n’est-il est pas plus efficace d’acheter 1 litre plutôt que  200 litres d’eau. L’efficacité d’une décision dépend donc directement de sa motivation.
Vous me répondrez que, par mesure d’économie, il reste préférable d’acheter 200 litres au prix de 50 centimes plutôt qu’un seul litre au prix de 2 euros. Ce à quoi je répliquerai que, me baladant en ville, je ne vois pas comment je ferai pour emporter 200 litres d’eau. La bonne décision dépend donc également des conditions d’environnement, qu’il est nécessaire de bien appréhender.

En résumé, je suis plus efficace au moment de prendre une décision si je connais la motivation (quel est l’objectif ?) et l’environnement (quelles sont les contraintes ?).
Ces deux questions de l’objectif et des contraintes sont essentielles pour adapter efficacement les solutions en matière de management RH. Pourquoi développer des processus complexes et coûteux lorsque la mise en œuvre d’une solution simple est plus efficace ? Simplement parce qu’il est toujours plus facile de s’attaquer à un problème quand on a déjà la boite à outils.

La série et le sur-mesure

Les réponses internes aux problématiques RH dépendent directement du niveau de connaissance et d’expérience des équipes en place. Ces équipes ne disposent souvent pas (ou disposent peu) du temps nécessaire au recul et à la réflexion qui libèrent la pensée et la création.
Les outils RH (les formulaires, les processus, les méthodes etc.) disponibles sur la toile sont souvent complexes. S’ils sont rendus publics, c’est pour témoigner du savoir-faire de leur auteur et celui-ci sait que leur complexité (leur adaptation à un contexte particulier) les rend peu utilisables voire susceptibles de confusion.
La duplication de processus déployés dans un contexte d’entreprise différent est toujours hasardeuse car si leur définition répondait à un besoin RH similaire, elle participait également à un contexte unique en termes d’organisation, de pratique et de culture.

La solution la plus simple est souvent la meilleure

Les questions les plus complexes nécessitent souvent une réflexion globale puis un cheminement alternatif et itératif, un voyage parfois semé d’obstacles mais qui conduit toujours à une solution limpide qui s'exprime aisément, une lumière claire et transparente qui apparait comme une évidence.
On a tous ressenti cette douce chaleur qui vous caresse lorsque la solution identifiée puis mise en forme et en œuvre est si ajustée qu’elle est immédiatement comprise et adoptée. On sait alors qu’elle sera en mesure de satisfaire le besoin initial et répondre à l’intérêt de l’entreprise.

La motivation initiale et le facteur temps

Mais revenons à notre analogie. Ai-je pris la meilleure décision en payant 2€ ma bouteille d’eau ? Probablement aurais-je pu la trouver à 1.50€ ou même à 1€. Oui, probablement, mais je n’aurais pas dans cette hypothèse satisfait ma soif au moment opportun et j’aurais perdu du temps à rechercher une économie peu significative. Le mieux est l’ennemi du bien, la recherche de la perfection se fait toujours au détriment du temps. Ceci est une invitation au pragmatisme, à toujours garder en tête la motivation initiale et le facteur temps. Approfondir une analyse peut être source de nouvelles motivations, de nature intellectuelle, qui conduisent parfois à relayer la motivation principale et à conclure par une action moins efficace. C’est le cas si, dans mon exemple, je passe une heure à chercher la bouteille à 1 € ; je satisfais dans cette hypothèse une motivation secondaire au détriment de mon besoin initial d’assouvir ma soif. En ai-je pour autant souffert ? Probablement pas car la motivation secondaire a repoussé temporairement le besoin initial mais au final, j’aurais valorisé 1 heure de mon temps à 1€, ce temps précieux que je souhaitais initialement consacrer à une balade en ville. 

Pareillement, le choix des processus RH survient très souvent après de nombreux arbitrages destinés à satisfaire des motivations secondaires ou des intérêts intermédiaires qui retardent la décision au détriment de l’objectif initial et du besoin réel de l’entreprise.

En matière de management des ressources humaines, l’inadaptation et le retard des solutions mises en œuvre sont très souvent indolores sur l’instant mais les conséquences sont majeures, elles s’instillent inéluctablement au plus profond des esprits, des comportements et des pratiques et viennent contrarier la culture de l’entreprise en favorisant des principes émergents contradictoires aux valeurs gagnantes affichées et promues par l’entreprise.


Cet article a été publié le 22 juin 2015 sur le site RH INFO - Le voir
En savoir plus
Recevoir notre Newsletter

"Pensez à partager ou à commenter les articles qui vous plaisent...pour favoriser leur promotion. Merci d'avance."

Choix du blog: 

Ajouter un commentaire